Non à l’éviction de 200 personnes âgées

2022/02/04 | Par Collectif de résidentes

Lettre signée par Gisèle Ampleman, Normand Breault, Suzanne Cyr, Marie-France Dozois, Marie-Paule Lebel, Suzanne Loiselle, Constance Vaudrin
 

Dans la matinée froide du 31 janvier dernier, sans tambour ni trompette, un huissier livre de porte en porte un avis d’éviction aux quelque 200 personnes vivant à la Résidence Mont-Carmel, une résidence privée pour aînés (RPA) située au centre-ville de Montréal, propriété depuis des années de la famille Longpré.

Dans la lettre de la nouvelle administration accompagnant l’avis d’éviction, on apprend que la Résidence ne sera plus, à la fin juillet, une Résidence privée pour aînés, avec comme conséquences radicales l’abandon de services tels la réception, les soins infirmiers, les mesures de sécurité ainsi que la fermeture d’espaces communs et le licenciement de la majorité du personnel…

Ce changement inattendu du statut de la résidence provoque incrédulité, consternation, détresse, colère… L’impensable, il y a à peine quelques jours, devient un réel cauchemar.

Pourtant, dans une lettre du nouveau gestionnaire, Groupe LRM, datée du 10 janvier, il était bel et bien écrit : « Grâce à une variété de services internes, notre objectif est de promouvoir un mode de vie actif, respectueux des aînés dans un environnement sécuritaire et agréable ». Selon une information diffusée par Radio-Canada, l’acte notarié de vente contiendrait une clause où « l’acheteur s’oblige à respecter l’exploitation de l’immeuble par Résidence Mont-Carmel à titre de résidence privée pour aînés certifiés ». Ce qui, scandaleusement, n’est pas respecté par le nouveau locateur, Henry Zavriyev.

Dans un monde profondément inégalitaire comme le nôtre, la logique du profit du promoteur immobilier éclipse la logique de services offerts aux 200 résidents, dont les deux tiers ont plus de 75 ans. Évidemment, les moyens du locateur dépassent largement ceux des locataires. Le droit à un logement décent et sécuritaire est ici et encore piétiné par la soif démesurée de profit d’un investisseur immobilier, dont les pratiques semblent avoir déjà fait la manchette… Où est donc l’encadrement de l’État face aux pratiques abusives de promoteurs immobiliers qui excellent dans le changement de vocation de logements et dans la délivrance d’avis d’éviction ?

Nous, locataires de la Résidence Mont-Carmel, choqués par la violence de cette procédure d’éviction, sommes déterminés à lutter pour faire la lumière sur une telle manière de faire qui affecte tant les résidents que tout le personnel auquel nous sommes profondément reconnaissants pour sa présence attentive, dévouée et professionnelle, et ce, depuis des décennies.

 Publicité : Livres d'André Binette et de Jean-Claude Germain
 Publicité : Livres d'André Binette et de Jean-Claude Germain https://lautjournal.info/vient-de-paraitre-1